_43A3855-2.jpg
_43A3857-2.jpg
_43A3856-2.jpg

Il est peut-être exagéré de dire que la Philharmonie rêve, mais il y a quelque chose, dans cet immense amas mathématique d’éléments inertes qui semble métaboliser une pensée ou un frémissement qui précède le rêve.

_43A4039-2.jpg
_43A5087.jpg
_43A5073.jpg
_43A4004.jpg
_43A3913.jpg
_43A4956.jpg
_43A3848.jpg
_43A4928-2.jpg
_43A5177.jpg
_43A5083.jpg
_43A5062.jpg
_43A5217.jpg
_43A5225.jpg
_43A5318.jpg
_43A4057-2.jpg
_43A5082.jpg
_43A3839.jpg
_43A5075.jpg

...À bien y regarder, on perçoit un frisson qui voyage comme une onde, creuse des écarts imperceptibles dans le ciment qui s’effrite, pulse sous le métal chaud qui se rétracte en tintements de xylophone dans le soir et fait s’éveiller, d’une turbulence un peu plus forte que les autres, un oiseau réel qui s’arrache à la nuée pétrifiée de la façade. 

_43A5023.jpg
_43A4880.jpg
_43A5245.jpg
_43A5046.jpg
_43A5153.jpg
_43A5137.jpg
_43A5252.jpg
_43A5030.jpg
_43A5025.jpg
_43A4607.jpg
_43A3776-2.jpg
_43A5036.jpg

Dans un geste infime, infinitésimal, le gigantesque corps tente de se désquamer, de se décarcasser au sens le plus littéral du terme pour prendre enfin sa juste dimension de minéral animal, vivant de musique et de tohu-bohu, de grands souffles majeurs, de grandes circulations d’air dans les conduits caverneux mêlant le dedans au dehors et faisant résonner le vacarme organique de la vie en une harmonique de forge monumentale qui est l’architecture primitive de toute musique.

_43A3966.jpg
_43A3997.jpg
_43A3967.jpg
_43A4051.jpg
_43A5323.jpg
_43A4091.jpg
_43A5334.jpg
_43A4052.jpg
_43A5338.jpg

Il ne s’agit plus là de savoir ce qui est beau et ce qui ne l’est pas. Il s’agit de concevoir des forces et des échanges, des perturbations et des équilibres, des transitions de phase dans un continuum de devenir.

C’est la topologie qui permet les dynamiques de circulation. C’est ainsi que l’on prend conscience de l’importance des surfaces et des volumes : en pliant l’espace, ils proposent des chemins au vivant. Cette faculté d’ouvrir des possibles donne à la matière inerte un troublant pouvoir d’agencement. Un rythme.

_43A6003.jpg
_43A7330.jpg
_43A6032.jpg
_43A6141.jpg
_43A6126.jpg
_43A7242.jpg
_43A6083.jpg
_43A6165.jpg
_43A6067.jpg
_43A6181.jpg
_43A6115.jpg
_43A6186.jpg
_43A6198.jpg
_43A6101.jpg
_43A6107.jpg
_43A6170.jpg
_43A6060.jpg
_43A6199.jpg